Home / Anime & Manga / Anime / Critiques et reviews d'animés / Kono Subarashii Sekai ni Shukufuku wo!

Kono Subarashii Sekai ni Shukufuku wo!

Aujourd’hui, on va parler de Kono Subarashii Sekai ni Shukufuku wo (aka konoSuba, oui sinon c’est un peu long oO), un animé sorti durant la saison d’hiver 2015/2016 et adapté du light novel du même nom créé par Akatsuki Natsume.

konosubaPour ce qui est de l’histoire : le héro, Kazuma est un NEET qui passe ses journées à jouer. Un jour, il se décide à sortir (enfin uniquement pour acheter un jeu hein, faut pas déconner ^^) et, tandis qu’il retourne chez lui, il « sauve » une fille d’une mort imminente : un tracteur qui arrive à 5 km/h ! Submergé par l’adrénaline après cette acte héroïque, il meurt d’une crise cardiaque en se pissant dessus. Il arrive alors dans un endroit où se trouve Aqua, une déesse charger de guider les personnes mortes jeune. Cette dernière troll allègrement Kazuma pendant quelques minutes, lui expliquant comment il est mort et que, son acte fut vain puisque le tracteur se serait arrêté sans toucher la fille. Elle lui explique ensuite qu’il a plusieurs choix : se réincarner dans la vraie vie et perdre tous ses souvenirs, aller au paradis (il a pas l’air cool ce paradis, pas de TVs, de mangas, de jeux, …) ou alors de se réincarner dans un monde contrôlé par le roi démon avec comme but de le vaincre. En sa grande  bonté, Aqua lui propose d’emporter avec lui une chose de son choix parmi un certain nombre de choses qui sont toutes inutiles… Cette fois, c’est Kazuma qui va jouer le gros troll puisqu’il décide d’emmener Aqua avec lui. Et sbim ! Cette dernière étant forcée d’accepter, ils se retrouvent tous deux dans ce monde.

A partir de là, si vous espérez des combats épiques contre les sbires du roi démon, vous risquez d’être un peu déçus : il n’y a pas énormément de combats  dans cet animé qui est plus centré sur l’humour et la dérision dans un univers de type MMORPG (les personnages suivront donc des quêtes et des events). Une fois arrivé dans ce monde, ils font un test d’aptitude afin de se faire attribuer une classe; Kazuma hérite d’une classe de péon (mais attention, plus tard, grâce à ses compétences de voleur, il sera capable de voler des sous vêtements, autant dire que c’est un atout de taille) tandis que la déesse obtient une des classes les plus fortes du monde (même si elle est un peu inutile). Plus tard, ils rencontrent Megumin et Lalatina; une folle des explosions qui est dans son monde #chuunibyou (son unique attaque est très efficace, dommage qu’elle ne soit plus capable de faire quoi que ce soit après l’avoir lancé une fois) et une chevalière masochiste incapable de toucher quelqu’un avec son épée. Et là vous vous dites : « ça sent le fan-service bien lourd toutes les dix secondes » et en fait non, cet animé réussi la prouesse de ne pas tomber là dedans alors que tous les éléments pour le permettre sont là (bon il y en a quand même hein, faut pas pousser non plus 😛 ).

Les personnages ne sont pas spécialement développés, et pour cause : ils ne sont voués qu’à être des parodies de personnages et pas à être pris au sérieux. D’ailleurs,  le héro lui-même ne cherche pas à sauver qui que ce soit ou encore à devenir le plus fort ou que sais-je. Non, on pourrait dire qu’il ne fait que subir les diverses situations dans lesquelles il se retrouve sans se faire d’illusion mais toujours avec un certain cynisme / je-m’en-foutisme.

Au niveau visuel et sonore, je n’ai rien à dire de particulier : il n’y a rien de choquant et tout colle que ce soit au niveau des scènes ou de l’ambiance générale de l’animé.

Bref, si vous cherchez quelque-chose de drôle à regarder pour faire passer le temps, cet animé est un bon choix, même si il ne fait pas partie des animés à voir absolument. Pour ceux qui ont déjà vu la saison 1, une seconde saison a été récemment annoncée.

Laisser un commentaire